Les Métiers en Ebène

Les métiers les plus nobles sont bien souvent organisés autour d’une guilde. La guilde des Pharmaciens ou encore celle des Constructeurs sont parmi les plus connues et renommées même par-delà les frontières. Mais de nombreuses existent de par l’Empire. Celle des Forgerons à Abriville ou encore des Teinturiers pour n’en citer que certaines. Ces guildes compilent le savoir et la technique de leur profession et régissent les artisans membres. C’est un honneur pour un artisan d’Ebène d’être reconnu par une guilde. Aussi beaucoup œuvrent de leur mieux pour mériter la reconnaissance de leurs pairs et acquérir le titre de “Maître Artisan”.


Les Maîtres Artisans sont considérés comme un trésor d’état par l’Empire et les guildes. Ils assurent la puissance économique et technique de l’Empire.


L’Artisanat

L’artisanat est une part intégrale de la vie dans les villes comme les villages. Dans les cités, maints citoyens tiennent des échoppes et des boutiques, accostant leurs ateliers. Les tisserands, cordonniers ou encore les layetiers y sont courants. Les tanneries et les chantiers emploient également nombre d’habitants souvent cantonnés à ces travaux par leur manque de compétences. À la campagne il est commun pour le peuple de cultiver la terre, mais souvent l’hiver ils s’affairent à d’autres activités. Les paysans tendent à être autonomes et pallier à leurs besoins par eux-mêmes, que ce soit la forge d’un nouvel outil ou le tissage de haillons. Lors des nombreux marchés régionaux ils peuvent cependant compléter leur matériel. Pour les articles les plus particuliers ils pourront faire appel aux services des marchands itinérants, tels les grillous qui vendent leurs œuvres d’étain de par les chemins.

[De la lumière pour l’Empire] [De la profession de lunetier]


Des Métiers particuliers

Certaines professions ne vont pas être qualifiées d’artisanat, puisqu’elles ne produisent pas de denrée, mais un service. Maints de ces métiers sont employés par l’Empire lui-même, mais ne peuvent être considérés comme des professions d’états. On peut notamment penser aux jardiniers et aux Maîtres queux de l’Empereur qui sont très renommés. Les pages et laquais entrent également dans cette catégorie. Nombre de métiers traditionnellement féminins comme les blanchisseuses sont des emplois cruciaux mais bien souvent décriés. De plus, tous les marchands ne sont pas toujours également artisans et ne traitent que dans le commerce. Les gagistes et mésadiers pour leur part se louent à l’année ou au mois, pour offrir leurs services.

[Du métier de belluaire]


Certains rôles primordiaux à l’Empire comme les agents de bureau de change sont assurés par de fiers citoyens au service de leur seigneur.


Les Métiers militaires et étatiques

L’armée impériale, de par ses activités toutes particulières, emploie un certain nombre de corps de métiers. Forgerons et palefreniers de guerre, jusqu’aux métiers magiques propres à la Guilde des Mages. L’Empire finance régulièrement plusieurs travaux de recherches. Ses artisans cherchent ainsi à améliorer l’équipement militaire, cela les menant parfois à créer des outils utiles aux civils. On leur doit notamment le dernier design de la charrue usitée dans l’Empire. De plus, les percepteurs d’impôts et les gardes-foire sont parmi les métiers de l’autorité Impériale. Ils représentent un des pouvoirs de l’Etat, ces professions n’étant généralement pas occupées par des petites gens. Nombre de nobles et bourgeois tiennent des positions importantes et autant de professions dans le Maillage Impérial.

Posted in Ebène, Les guildes, Vie quotidienne and tagged , , .